Mesdames, Messieurs,

Nous voici donc réunis pour cette assemblée générale départementale 2006 du Souvenir Français des Landes. Qu'il me soit permis, tout d'abord de vous remercier pour avoir quitté vos obligations familiales ou de loisir en ce samedi de Pentecôte afin de faire l'honneur de votre présence à notre très vielle institution de 134 ans.
Dans le chef-lieu du département, dont la municipalité a fait de réels efforts pour nous faciliter la tâche, je dois dès maintenant remercier et féliciter le comité du S.F. de Mont-de-Marsan et surtout son président, Monsieur Michel Lamoot, de l'avoir organisé avec brio et efficacité.

Par le passé, je vous ai déjà indiqué les raisons de la discrétion de notre association dans le département, il n'est pas le seul touché, mais je crois nécessaire d'y revenir, car le frein à notre expansion et à notre reconnaissance y trouvent leurs explications.

Notre association ne concerne pas que les anciens combattants, elle s'adresse à toutes les personnes respectueuses du sacrifice de leurs aînés morts pour la France ou l'ayant servie de manière exceptionnelle. Les anciens combattants s'y sont retrouvés nombreux bien naturellement : ils avaient vécu ces drames, avaient perdu leurs amis. Ils s'y trouvaient dans une atmosphère conviviale et recueillie. Cela ne les empêchaient pas d'être affiliés à leurs propres associations d'anciens combattants. Mais la loi de la vie entraîne leur disparition progressive et la fonte de nos effectifs si on se limite à eux.

Elle semblait, pour ceux qui croyaient la connaître, limitée à l'entretien des tombes des morts pour la France : c'est effectivement la partie visible de son action. Or, dans les Landes, historiquement, il n'y a pas eu de terribles batailles ayant laissé derrière elles d'immenses cimetières militaires, il n'y a donc pas ce rappel permanent concret et terrible qui motive les gens à connaître et à adhérer à cette association qui gère actuellement 120 000 tombes et 300 monuments en France. Il faut aussi souligner que les monuments aux morts des communes, généralement bien entretenus, honorent leurs enfants morts au combat, cela peut suffire à certains, mais qui s'occupe de leurs tombes là où ils sont inhumés quand leurs dépouilles n'ont pas été remises aux familles ? Qui honore ceux qui sont enterrés ici, qui ne figurent pas au monument aux morts parce que natifs d'ailleurs et de souvent fort loin, notamment de nos anciennes colonies ? Qui s'occupe des tombes lorsque les familles disparaissent ?
On ne sait pas très bien dans ce beau département ce que nous sommes en réalité, je le constate régulièrement auprès de gens responsables. Il faut bien reconnaître que la foule des associations et des sigles ne permettent pas de s'y retrouver aisément.

Vous êtes, vous tous convaincus ici de la nécessité de nos missions, je vais, quand même, rappeler rapidement ce qu'est le S.F. au travers de son histoire et de son actualité, comment il évolue dans les Landes et quels sont ses objectifs. Tout ceci pour vous permettre de parler de nous en connaissance de cause à ceux qui s'interrogent.


UN PEU D'HISTOIRE.............................

Le Souvenir Français est né en Alsace-Lorraine devenue allemande après la défaite de 1870. En 1872, Xavier Neissen professeur alsacien malgré l'annexion allemande prend le risque d'organiser le culte des morts qui permet en outre de rester en contact avec la mère patrie. L'association prend le nom de Souvenir Français à Neuilly en 1887 ;en 1906 elle est présente dans 81 départements et reconnue d'utilité publique. Placée sous le haut patronage du Président de la République, couronnée par l'académie Française et par l'académie des sciences morales et politiques, elle a toujours les mêmes missions que nous écoutons intégralement car l'usage s'est pris de les simplifier au risque d'en atténuer la portée :

• Conserver la mémoire de celles et ceux qui sont morts pour la France ou qui l'ont honorée par de belles actions dans la gloire et dans l'ombre afin de préserver la liberté et les droits de l'homme ;

• Veiller et participer à l'entretien de leurs tombes ainsi que des monuments élevés à leur gloire, tant en France qu'à l'étranger, qu'ils soient connus ou inconnus ;

• Transmettre le devoir de mémoire aux générations successives en leur inculquant, par le souvenir de ces morts, un idéal de liberté et d'amour de la patrie .

SON ACTUALITE

Distincte des associations d'anciens combattants, se renouvelant sans cesse, ses missions ne sont pas limitées dans le temps et elle s'adresse à tous ceux et celles qui désirent honorer la mémoire de ceux qui ont donné leur vie pour notre liberté. A ces adhésions individuelles s'ajoutent des cotisations ou dons d'associations d'anciens combattants, des ordres nationaux, des associations et amicales diverses. Elle est nationale et se trouve en mesure de servir de recueil à des associations vieillissantes qui, en son sein, conservent jusqu'au dernier vivant leurs valeurs et traditions : c'est ce que vient de réaliser la prestigieuse Rhin-et-Danube dont l'ancien président national a une fonction précise au sein du conseil d'administration du S.F. à Paris. Il y a donc au plan central un rapprochement structurel fort dont je vous dirai tout à l'heure les conséquences départementales.

Deux remarques d'importance :

Je n'insiste pas sur le fait que ses idéaux la situent en dehors des influences politiques, philosophiques ou religieuses, cela va sans dire !
Les sépultures pouvant être prises en charge sont celles des morts pour la France dont les corps n'ont pas été remis aux familles, dont les familles ont disparu ou ne peuvent plus les entretenir : cela représente plus de 120 000 tombes, de plus il possède 300 monuments et participe à l'entretien de 500 autres.

Dans toute la France et à l'étranger ses représentants à tous les niveaux participent aux cérémonies officielles, fleurissent les tombes. Tous ont aussi le souci de coopérer avec les enseignants qui développent leurs cours d'histoire ou d'éducation civique
en recherchant dans le concret de voyages de mémoire une efficacité supérieure à celle des cours ou des manuels néanmoins nécessaires en amont pour les préparer.

BILAN NATIONAL

Notre assemblée générale du S.F. s'est tenue à Paris les 1er et 2 avril :
notre trésorier, Monsieur Georges Grégoire va vous communiquer le chiffres les plus parlants concernant l'activité en 2005 du Souvenir Français.


Je ne vais pas vous donner lecture de la totalité des comptes qui ont été approuvé par l'assemblée générale nationale après contrôle du commissaire aux comptes et du conseil d'administration qui comporte notamment un notaire un inspecteur général des finances,un contrôleur général des armées, vous dormiriez très vite !

Il s'agît de vous donner une idée du coût des missions effectuées en un an.

Sont concernées les recettes et les dépenses du siège parisien et des 1629 comités ( il y en avait 1470 l'an dernier !) :


DEPENSES

Travaux sur tombes et monuments
687 584 €
Gros travaux centralisés
189 949 €
Fleurissement
293 898 €
Actions jeunes
992 320 €

Je vous fais remarquer que le coût total des travaux 877 753 € (687 584 +189 949) est inférieur à celui des actions de mémoire à destination des jeunes (992 320 €) alors qu'il semble que des tombes en déshérence soient de plus en plus nombreuses.

RECETTES


Un petit rappel : les fonds proviennent de la quête annuelle du 1er novembre à l'entrée des cimetières quand nous avons des quêteurs,des cotisations des adhérents, de dons, de subventions diverses. Voyons ce qu'il en est cette année :

Quête du 1er novembre
637 692 €
Cotisations
928 804 €
Dons et legs (très variables d'une annés sur l'autre)
688 714 €
Subventions diverses
504 809 €

(on ne peut résister à la tentation de noter que le total des 8 € de subvention de l'état attribués à certaines tombes dans des conditions très limitées est inférieur au total de la TVA payée par le SF sur les fleurs !)

CONCLUSION GENERALE


L'exercice examiné se traduit par un résultat positif, les recettes étant supérieures aux dépenses de 5,5%, le bilan étant lui aussi en augmentation de 5,5%.


Après ce tour d'horizon global, nécessaire et légal puisque notre association, donc notre gestion sont nationales, regardons ce qu'il en est dans le Landes.

Le SOUVENIR FRANCAIS DANS LES LANDES EN 2006

L'ORGANISATION


La délégation comprend 10 comités d'importances et d'activités très variées :

Aire sur l'Adour
Amou
Capbreton
Castets
Dax

Geaune
Mont-de-Marsan
Pays-de-Born
Pissos
Saint-Vincent-de-Tyrosse

La délégation générale a une structure souple adaptée à son fonctionnement :

un délégué général adjoint,
un secrétaire,
un trésorier.

Elle s'appuie sur le bureau qui comprend en plus des précédents : les présidents des comités de Aire/Adour, Capbreton, Castets, Dax, Mont-de-Marsan, Pays de Born et Monsieur Louis Lasserre de Rhin et Danube.
Il est clair que tout le département n'est pas couvert et que certains comités qui assurent une présence n'ont pas les moyens de faire grand-chose de concret. Or des tombes en mauvais état sont signalées ça et là : nous devons agir, c'est-à-dire retrouver d'éventuelles familles, contacter les mairies et finalement, le cas échant, faire exécuter des travaux. Il y a aussi à prévoir la réalisation de nouveaux carrés militaires quand plusieurs tombes de morts pour le France sont en mauvais état, sans famille identifiée, éparses dans un cimetière.
Ces opérations que j'évoque ne sont guère prenantes quand un comité existe sur place et que le président est connu, notamment des élus. Elles deviennent plus compliquées lorsque la délégation générale doit se substituer aux défaillants : à titre personnel j'ai effectué entre 3500 et 4000 kilomètres avec ma voiture dans les landes en 2005 ! Je préfèrerai que nous soyons plus nombreux dans la nature pour œuvrer.
Sachons bien que les tombes de nos héros sont des concessions à perpétuité vraies, mais que lorsqu'elles sont en ruines, que personne ne les revendique et que le Souvenir Français reste dans l'ignorance et ne peut agir, les municipalités peuvent récupérer les emplacements. Un président de comité connaît ces tombes et peut éviter certains scandales.
Donc nous avons en responsabilité144 tombes dont celles regroupées dans les 6 carrés militaires du département que les municipalités nous aident à entretenir. Il devrait y avoir plusieurs nouvelles prises en compte à court terme en raison des anomalies qui nous sont signalées.
Nous avons enfin décrypté le texte de l'inscription, rédigée de sa main et gravée sur pierre en 1830, du tombeau du colonel Dumas au cimetière Saint-Pierre à Dax, une plaque lisible reprenant ce texte est commandée, elle sera placée dès que possible sur une autre face du monument. Nous rechercherons les éventuels descendants du général Darricau, mort en 1823 dont la tombe au même cimetière a été nettoyée par le comité de Dax.
Si, comme c'est très probable, il n'y en a pas, nous la prendrons en charge.
Il va sans dire que les comités font l'impossible pour être présents aux cérémonies officielles, à certaines obsèques avec drapeau, aux assemblées générales des ordres nationaux, associations adhérentes ou sympathisantes. Je n'insiste pas sur leur souci de l'entretien courant des tombes.
Il faut noter que nous avons participé aux forums des associations de Dax, St-Vt-de-Tyrosse et Léon, nous devons nous y montrer sans complexes : les gens sont étonnés de notre absence totale de matérialisme, de notre désintéressement, de la qualité de nos missions, de notre refus d'être instrumentalisés à des fins inavouables.
Je souligne toujours les difficultés à entrer en contact avec les enseignants sur le terrain.
Comme pour le compte rendu que je viens d'effectuer sur l'A.G. nationale, et bien que nos comptes n'aient pas légalement à être acceptés en assemblée générale, il convient, par respect pour vous , de vous rendre compte de nos chiffres Landais . C'est, bien entendu, notre trésorier qui va vous les expliciter.

Il s'agit ici des comptes totaux par rubrique pour que vous puissiez situer financièrement notre modeste action et sachiez ce que nous faisons de votre générosité :

RECETTES

Quête du 1er novembre
3 230 €
Cotisations perçues
2 257 €
Dons
800 €
Subventions
806 €

DEPENSES

Les travaux d'entretien courant sont très fluctuants et souvent réalisés bénévolement par des membres des comités

Fleurissement des tombes et monuments
1 000 €
Aides aux voyages des lycéens
2 900 €
Fleurissement
293 898 €
Actions jeunes
992 320 €

Pour bien comprendre le fonctionnement financier de notre institution, il faut savoir que les comités reversent 50% des quêtes et cotisations à notre structure mais que les dépenses importantes, notamment pour le Landes, l'aide aux voyages des lycéens, sont largement aidées par notre siège national.


CONCLUSION
: CE QUE NOUS VOULONS FAIRE


Comme l'ensemble du milieu associatif, nous souffrons d'une certaine désaffection : nous sommes tous tellement sollicités que la tentation est forte de refuser toute adhésion. J'insiste sur notre caractère très particulier et sur la hauteur de nos missions qui sont claires et sans aucune arrière pensée piégeuse. Vous qui êtes présents ici l'avez compris.
L'air du temps pousse à oublier ce que nous devons à nos anciens héros et martyrs jusqu'à négliger d'en parler et d'entretenir leurs tombes. De nombreux cas sont signalés. Notre réponse doit être dans l'action et dans le recrutement d'adhérents pour augmenter nos moyens d'action.
Nous ne pouvons pas nous lancer dans des opérations de propagande, nous devons nous contenter du bouche à oreilles dans les milieux que nous fréquentons. Les moyens du marquetting moderne sont étrangers à notre culture, mais sur le terrain soyons visibles présents et actifs.
Je ne vais pas énumérer les zones où nous sommes absents mais le sud-est du département est vide : le risque y est grand de voir disparaître des tombes glorieuses .
Enfin, il serait hautement souhaitable que des enseignants sachent que nous pouvons un peu les aider pour des actions de mémoire : les lycéens tout à l'heure le démontreront.

Je vais remettre deux récompenses fort symboliques des pôles de notre action,
* un diplôme d'honneur à une jeune fille de 20 ans qui participe à la quête du 1er novembre depuis 15 ans !,
* la médaille de vermeil au président du comité de Tyrosse, médaille d'argent depuis 1994, au S.F. depuis 1983, ancien président de comité en région parisienne, président d'honneur, qui a repris du service pour redresser son comité depuis 3 ans.

 

LE SOUVENIR FRANCAIS
DES LANDES
Site officiel SNEMM
Site Officiel ANMONM
Site officiel du SF
ANMONM Landes
Blog SF Landes
Contact
Memoire des Hommes
Memorial







LES ACTIONS DES COMITES

CR VOYAGES DE MEMOIRE

ASSEMBLEES GENERALES DEPARTEMENTALES
.
AGD Dax 2003
AGD Castets 2004
AGD Aire 2005
AGD Mont de Marsan 2006
AGD Pays de Born 2007
AGD Capbreton 2008
AGD Dax 2009

AGD Castets 2010

AGD Aire 2011
AGD Mont de Marsan 2012 
AGD Pays de Born 2013
AGD Capbreton 2014
AGD Montaut 2015
AGD Brocas 2016
AGD Labouheyre 2017 n

Adhesion


Diapo Aire

Diapo Mont de Marsan

Diapo Biscarrosse

Diapo Capbreton


Boutoura 2007

Garaude 2007

Labouheyre 2007



PROPRIETE SF

TABLEAU LISTE TOMBES


NEWSLETTERS

 

 

 

 

 

 

ASSEMBLEE DEPARTEMENTALE 2006

MONT DE MARSAN LE 3 JUIN

 

11 11
11Remise de diplôme d'honneur du Souvenir Français à Melle OLIVAR
Récit émouvant du voyage sur les lieux du Souvenir par Stéphanie et Anne Alexia du lycée Victor Duruy
Remise de la médaille
de vermeil du Souvenir Français à Maurice HARDY

 

Voir le diaporama de cette AD

 

Discours prononcé par le Délégué Général des Landes et son trésorier

 

 

 

 

Souvenir Francais des Landes