LE SOUVENIR FRANCAIS
DES LANDES
Site officiel SNEMM
Site Officiel ANMONM
Site officiel du SF
ANMONM Landes
Blog SF Landes
Contact
Memoire des Hommes
Memorial







LES ACTIONS DES COMITES

CR VOYAGES DE MEMOIRE

ASSEMBLEES GENERALES DEPARTEMENTALES
.
AD Dax 2003
AD Castets 2004
AD Aire 2005
AD Mont de Marsan 2006
AD Pays de Born 2007
AD Capbreton 2008
AD Dax 2009

AD Castets 2010

AD Aire 2011
AD Mont de Marsan 2012
AD Pays de Born 2013
AD Capbreton 2014
AD Montaut 2015 n













PROPRIETE SF

TABLEAU LISTE TOMBES


NEWSLETTERS

Ygos St Saturnin n

 

 

 

VOYAGE DE MEMOIRE EFFECTUE PAR LES ELEVES
DU LYCEE VICTOR DURUY

14 - 22 mars 2009

 

Amsterdam - Berlin - Prague - Terezin - Nuremberg

Juliette TERRADE
TES 1
Lycée Victor Duruy

 

Zone de Texte:

A commencer par l'histoire de cette petite fille juive, Anne Franck, qui en se cachant avec sa famille pour ne pas être arrêtée par les nazi a écrit son journal intime, aujourd'hui devenu l'un des livres les plus connu au monde. Cette histoire nous la connaissions tous, pendant le trajet nous avons même regardé le film sur sa vie que certains avaient déjà vu. A notre arrivée à Amsterdam, nous étions tous joyeux, des adolescents pleins de vie. L'attente avant d'entrer dans qui se trouve à l'emplacement de l'Annexe était détendue. Nous discutions, rigolions, nous étions impatients et dynamiques. Cependant, une fois entrés dans le musée, l'ambiance n'était plus la même. Ça y est nous y étions... Un petit film d’époque retraçant le pourquoi et le comment de l'arrivée de la famille Franck à Amsterdam nous a projeté dans une sombre période. La poursuite de la visite de ce refuge était silencieuse. Nous étions accrochés à nos prospectus qui nous décrivaient les pièces que nous traversions. Ici ou là, nous pouvions trouver quelques archives (des bouts de journaux, des feuilles, des images, des vieilles photos) qui nous rappelaient que des gens avaient vécu ici dans le plus grand dénuement. Aux murs étaient imprimées des phrases extraites du journal de la fillette. Ces phrases montraient l'évolution des sentiments d’Anne Franck. L'incompréhension, la frustration, la peur traversaient les murs.
Les pièces étaient vides, aucun meuble d'époque n'était exposé, juste des marques, des images, ces phrases, étaient présents. L'angoisse nous étreignait. La chose la plus marquante, qui nous rappelait le rôle de cachette de cette maison, était le passage de l'atelier à l’abri. Nous passions derrière une petite bibliothèque pivotante qui laissait le passage étroit vers un escalier très pentu. Le silence... le silence est maître, il nous a envahit, prit jusqu'à la gorge. A chaque pièce, chacun laissait libre court à son imagination. Nous imaginions la vie silencieuse dans cet endroit si lugubre. Tous, sans exception, nous nous sommes identifiés à un des anciens clandestins. Il y avait comme un goût amer dans nos gorges vers la fin de la visite à la dernière exposition. Celle-ci faisait le portrait de chacun des habitants de l'Annexe jusqu’à la fin de leur histoire, leur déportation dans les différents camps et leur mort. Pour moi, le goût amer s'est alors accentué une fois arrivé devant le portrait d’Anne Franck. A la sortie, nous attendions que tout le monde sorte du musée. L'ambiance à l'extérieur n'était plus la même. Pendant les minutes suivant la visite, dehors, au froid, le dégout et l'angoisse étaient encore en nous. C'est vraiment un lieu à aller voir, il faut se rendre compte en partie de ce qu'a été l'horreur de cette vie pour réellement comprendre ce qu'est le devoir de mémoire.

Le but de ce voyage était bien évidemment d’approcher de plus prés les lieux où l’Histoire avec un grand « H » s’est écrite mais aussi de comprendre les raisons du déclenchement d’une telle haine. C’est pour cela que nous nous sommes immergés dans la culture juive, qui pour beaucoup d’entre nous nous était inconnue et pour essayer de comprendre pourquoi cette communauté a été la principale victime de l’obscurantisme. C’est pour cela que notre voyage est également passé par Berlin et Prague.

Zone de Texte:  Berlin est un des symboles de la Seconde guerre mondiale. Elle conserve de nombreux stigmatesdes combats et elle s’efforce de témoigner de la Shoah que se soit au travers du mémorial de la Shoah à côté de la porte de Brandebourg ou du musée juif de Berlin dont nous avions étudié l’architecture en classe.
 Ce musée se compose de trois axes différents.
L’axe de l’holocauste : Il est troublant de contempler ces jouets, ces peluches, ces livres abandonnés par les enfants juifs déportés qui parsèment un long couloir. On imagine ce qu’ils pouvaient représenter pour ces enfants, si on leur à offert pour leur anniversaire, leur tristesse lorsqu’il n’a pas eu le temps de l’emporter avec eux … Cette sensation  de gène est renforcée par le fait que toutes les lignes du musée, que ce soit celles du plafond, des murs, ou du sol, sont penchées. C’est assez dérangeant puisque le trouble mental que l’on éprouve est renforcé par le trouble physique. Comme si le premier provoquait le second. Cet axe de l’holocauste mène à la tour de l’holocauste. On rentre dans une sorte de bunker, vide, dont les murs en béton sont vierges. Il n’y a pas de fenêtres, seulement une ouverture étroite dans un des coins. De l’autre côté, on aperçoit une échelle mais elle est trop haute pour que quiconque puisse l’atteindre. Tout le groupe est enfermé dans cette petite salle. En silence. Une sorte de malaise s’installe. Nous savons bien évidemment que nous allons sortir mais nous nous sentons, durant quelques minutes, enfermés et pris au piège. Lorsque nous sommes sortis de la tour, nous étions soulagés. Comment imaginer que des gens ont vécu dans ces conditions durant plusieurs années ?
L’axe de l’exil : Le couloir est toujours instable, cependant les murs blancs sont entièrement vides. Ce couloir mène au jardin de l’Exil.  C’est une sorte de petite cour entourée de murs de béton brut. Ce lieu est lumineux contrairement à l’intérieur du musée mais on ne peut y percevoir l’extérieur. Il se compose de 49 colonnes. 48 sont remplies de la terre d’Israël et une seule est remplie de la terre de Berlin. Le sol et les piliers sont inclinés, ce qui renforce l’idée d’instabilité ressentie jusque là et qui caractérise l’histoire du peuple juif.
L’axe de la continuité : Celui-ci incarne l’histoire et la culture du peuple juif indépendamment ou à travers de  l’holocauste. Ce qui m’a le plus impressionné ce sont les coutumes juives telles que le Sabbat dont évidemment j’avais entendu parler mais dont je ne connaissais pas le sens. Il me semble qu’il est plus facile d’envisager le devoir de mémoire, de comprendre ce que ce peuple a vécu quand on connaît ses coutumes, ses habitudes. On se sent plus proche d’eux.
Enfin nous sommes allés voir l’œuvre de Manishe Kadishman. Des piliers traversent les cloisons de part en part et cisaillent notre passage. Nous arrivons dans une salle sombre dont les seules ouvertures se situent plusieurs mètres au-dessus de nous. Le sol est jonché de pièces métalliques imitant des visages humains, la bouche ouverte. Cela donne l’impression qu’ils poussent un cri inaudible. La seule façon d’entendre ce cri est de traverser cette salle en marchant sur ces visages. C’est une impression horrible puisque chaque pas provoque un bruit strident, comme un hurlement. Comme si l’on se trouvait au beau milieu d’un charnier, qu’on salissait une fois de plus la mémoire du peuple juif. La traversée est de plus en plus difficile, les bruits résonnent de plus en plus forts et la pièce qui mène a un cul de sac, est de plus en plus sombre.
Le musée juif est plus qu’un musée classique, il nous propose une visite documentaire mais également sensitive. Puisque l’on ressent l’horreur de l’holocauste aussi bien moralement que physiquement a travers l’architecture. Ce n’est pas seulement un musée, c’est aussi une œuvre commémorative.

Il est frappant de constater que l’Allemagne regarde son passé en face et met à notre disposition de tels outils pédagogiques pour comprendre ce que fut le quotidien sous le régime nazi. Les musées de Wannsee et de Nuremberg en sont deux exemples.

Zone de Texte:  Le premier abrité par la villa Marlier est le lieu où s'est tenue la conférence de Wannsee avecHeydrich et Eichmann. Cette conférence a non seulement servi à mettre en place la solution finale mais aussi à la faire accepter par les industriels et les financiers allemands. Cette magnifique demeure imposante, aux allures extérieures un peu coloniales était en totale opposition avec l'horreur des évènements passés à l'intérieur. Aujourd’hui elle abrite une exposition qui montre les rouages de cette macabre entreprise et les conséquences pour ceux qui en furent les victimes.  Nous avons pu y voir, entendre des témoignages de survivants, et nous avons réagi amèrement lorsque nous avons lu un témoignage d'une descendante de Himmler qui expliquait qu'à l'école lorsqu'en cours d’histoire ils avaient parlé de Himmler qui avait mis en place la solution finale avec Hitler et les autres, ses camarades s'étaient rendus compte qu'elle faisait partie de la même famille. C'est bizarre de se dire qu'il y a des descendants directs et vivants des principaux responsables du plus grand génocide de l'histoire mais nous nous en sommes bien rendu compte dans ce lieu.

Le centre de documentation sur le nazisme installé au palais des congrès de Nuremberg édifié par Hitler rappelle que c’est ici que les origines du nazisme ont vues le jour, comment cette doctrine s'est mise en place, s'est répandue, quels en sont les bases, les principes, les fondements, les applications, les idéaux, l'organisation. Autour du culte d’Adolph Hitler s'est forgé un empire nazi ravageur, qui a aboutit à un massacre des plus inhumain de l'histoire mondiale. Ce centre nous montre l'évolution du nazisme jusqu'à son apogée. En continuité avec ce centre, nous sommes allés au stade Zeppelin juste à coté. C’est ici que des milliers d’allemands fanatisés se rassemblaient dans de gigantesques parades nazies. C’est  à cet endroit précis qu’Hitler s'adressait à une marée humaine, noire et rouge, qui le vénérait. Etre sur cette estrade où cet homme s'est adressé à une foule de nazis aspirait presque à du dégout de soi. À l'endroit où la foule se tenait, où elle écoutait cet homme leur adresser la parole, se tiennent aujourd'hui des terrains de football. L'histoire reste omniprésente mais semble vouloir être estompée. Nuremberg a conscience qu'elle a été un phare du nazisme et sans l'oublier elle ne veut surement pas être tenue pour responsable. C'est l'interprétation possible que nous pouvons en tirer après ce voyage. Il est sur que l'histoire est gravée. L’histoire est là, encore maintenant, elle est loin d'être oubliée.

Prague quant à elle conserve de nombreuses traces de l’holocauste, notamment la synagogue Pinkas, où les noms des 80 000 victimes du génocide juif sont gravés sur les murs. Notre visite nous a conduit dans deux autres synagogues (la synagogue Maisel et la synagogue espagnole) Ces synagogues sont assez imposantes et impressionnantes, notamment l’espagnole qui est magnifique. Comme dans tous lieux de culte, le silence est imposé ce qui ne nous laissait d'autres choix que d'admirer les constructions, les décorations, les objets de culte en vitrines, les symboles, de regarder les gens croyants ou visiteurs. Nous avons aussi pu également visiter le cimetière juif de la synagogue Pinkas. On nous a expliqué qu'il n'y avait pas de place, alors on entassait les tombes, les pierres tombales, sans aucune organisation comme dans les cimetières chrétiens. Ce cimetière était différent, les pierres étaient marquées par le temps, par la pluie. Nous pouvions y voir les couleurs de l'automne, en plein hiver, dégoulinantes sur les pierres usées. Chaque pierre tombale avait sa propre couleur, ternie par le temps qui passe et par les coulures successives. Ce cimetière débordant de pierres désordonnées, a une âme, un charme, et à notre grand étonnement, nous ne pouvions nous empêcher de le trouver beau.

L’une des visites qui ma également le plus marqué est celle de la petite forteresse de Theresienstadt qui se trouve en République Tchèque. En effet cette forteresse a été transformée pendant la Seconde guerre mondiale, en camp de concentration par les nazis.
Nous avons durant cette visite, fait le même chemin qu’on pu faire les prisonniers dans la forteresse. Nous avons donc commencé par les bureaux où les prisonniers devaient laisser leurs effets personnels. Nous avons ensuite rejoint une petite cours où se trouvaient les dortoirs. Ici, notre guidenous a expliqué qu’on faisait se battre les prisonniers jusqu’à la mort pour divertir les familles des SS. Nous sommes ensuite rentrés dans les dortoirs. Le plus grand en premier. Nous sommes ensuite allés dans le dortoir réservé aux prisonniers juifs. C’est une pièce toute petite, ou plus de 40 prisonniers étaient enfermés, une seule fenêtre qui devait rester fermée. Une seule bouche d’aération, les prisonniers les plus éloignés de celle-ci mouraient d’étouffement. Ils ne pouvaient pas se coucher, il n’y avait pas assez de place.
Nous poursuivons notre visite par celle des cellules individuelles, pour les prisonniers les plus importants. Il n’y a pas de fenêtres. Nous pouvons rentrer dans toutes ces pièces, les toucher. C’est évidemment tout à fait différent de voir les images dans des livres et d’y être pour de vrai. On imagine les détenus, on se dit qu’ici des gens sont morts, qu’ils étaient enfermés ici et qu’ils n’imaginaient pas qu’un jour on visiterait le lieu où ils ont souffert. Nous sommes ensuite allés voir les douches, où les prisonniers allaient une fois par semaine. Ils devaient confier leurs vêtements pour qu’ils soient désinfectés. Ils entraient ensuite des les douches, reprenaient leurs vêtements encore mouillés et retournaient dans leur cellule. C’est difficile d’imaginer tout cela.
Juste à coté, une salle, des lavabos, des miroirs. La première marque de confort que l’on aperçoit. Mais cette pièce n’a servie qu’une fois, le jour où le camp a était visité par la croix rouge. Ce camp était en fait un « camp témoin » que les nazis utilisaient pour faire taire les rumeurs qui circulaient à propos des camps et endormir l’opinion publique.
Nous avons ensuite emprunté un long souterrain menant au lieu d’exécution. La potence et le mur des fusillés sont conservés pour témoigner des crimes qui ont été commis ici. Juste de l’autre côté du mur, s’étend le lieu de vie des familles des SS. Un cinéma, un magasin et même une piscine alors qu’à quelques mètres des gens étaient exécutés, torturés, lapidés par leurs propres compagnons qui y étaient obligés.
C’est peu être ce que j’ai trouvé de plus terrifiant dans la petite forteresse de Theresienstadt. Le fait que des gens vivaient dans des conditions insupportables, traité comme des animaux alors qu’à quelques mètres de là, des enfants jouaient et assistaient à cela comme à un spectacle.

souslign

Chaque site visité pendant ce voyage a sollicité notre mémoire. Elle nous rattrapait pour nous rappeler de «surtout ne pas oublier». Cette impression semble pour nous beaucoup plus important maintenant que nous avons été sur les lieux. Nous savions que ce voyage ne serait pas facile, ne serait pas drôle avec le programme que nous avions mais nous sommes tous revenus heureux d'avoir pu voir cela. Pendant dix jours, l'angoisse, le dégout, la peur, l'effroi, la haine, sont des sentiments que nous avons côtoyés, que nous avons frôlés, que nous avons tenté de comprendre, d'expliquer. Cela nous a permis de comprendre le courage, le mérite, la reconnaissance de tous ceux qui ont subi l’expérience des camps. Les juifs évidemment mais également tous ceux qui étaient considérés comme opposants ou dangereux au régime nazi.
Il est certain que ce voyage nous a tous marqués, choqués,  impressionnés, et les adjectifs en tout genre seraient en passe de qualifier cette semaine épuisante moralement et physiquement. Il nous a permis de nous imprégner de l’Histoire que l'on se doit de ne pas oublier et ainsi perpétuer le devoir de mémoire. Cet acte est quelque chose de personnel. Chacun de nous garde dans sa mémoire des souvenirs des lieux qui nous ont le plus marqué. A nous de poursuivre la chaine de la mémoire.

 

 

souslign